VIRASANA

VIRASANA

Posture du Héros

Vir : vaillant, faire montre d’une force héroïque avec la capacité de se soumettre. Vient de Veerappa qui enseigna aux sages comment développer les qualités de vertus pour atteindre la Félicité. Le nom complet serait Mahavirasana, Mahavir est le nom de Hanuman Le dieu singe qui fut un grand héros. La posture est aussi appelée « veerasana ».

Appelée aussi « MAHAVIRA » venant du nom d’un sage de la religion Jaïn – Nom que Sri Mahesh traduit par : Grand, Vainqueur de la Vertu et de la Béatitude – Pour B.K.S. Iyengar Vira est un héros, un guerrier, un champion.

Le « Vira » est celui qui sait accueillir toutes les situations de la même façon. Celui qui a su conquérir son corps et dépasser sa nature égoïste (Sri Mahesh dans la revue Yoga et Vie). Le « Vira » est aussi celui qui sait maîtriser son corps astral. Dans le contexte de la vie sociale, le « Vira » est celui qui réussit ce qu’il entreprend.

Placer un pied sur l’une des cuisses, et sur l’autre pied cette cuisse doit s’appuyer par derrière : c’est le Virasana, Ghéranda-SamhitâSi l’on est assis immobile, ayant placé un pied sur la cuisse opposée, cela est connu comme le Virasana, qui détruit les péchés (trichikhibrâhmana-upanishad)On doit placer le pied gauche sur la cuisse droite, et être assis avec le corps droit, c’est le Virasana, Darshana-upanishad III,6.

Sri Mahesh dans la posture enseigne un pied à l’intérieur, sur le sol, et l’autre retourné à l’extérieur contre la cuisse. Swami Satyananda Saraswati enseigne le Virasana traditionnel. Pour B.K.S. Iyengar le pratiquant est assis sur le sol entre les mollets.

Les moines Shivaïte prenaient la posture de Virasana pour obtenir le contrôle parfait de leur corps et développer la concentration et la méditation. Pour cela, ils posaient leur lingam en équilibre sur le sahasrâra (chakra de la couronne de la tête) et devaient maintenir l’immobilité et une vigilance permanente.

Bienfaits des postures :  Renforce les chevilles, les hanches, tonifie la colonne vertébrale, stabilise le courant d’énergie vers les organes reproducteurs et permet le contrôle de l’énergie sexuelle. Développe la volonté, fortifie le corps, stimule les énergies dans les jambes. Guérit des douleurs rhumatismales, évite les pieds plats.

 Une variante plus poussée « Supta Virasana » consiste à s’allonger sur le dos après être assis entre les mollets (photos ci-dessous) – une autre variante consiste à placer le sommet de la tête sur le sol et à placer les mains (bras tendus) sur les cuisses. A laquelle s’ajoute une variante difficile (Purna Supta Vajrasana) en levant le bassin au maximum. Cela ajoute à tous les bienfaits déjà nommés le fait de diminuer la graisse sur l’estomac. La taille, les cuisses, les genoux deviennent élastiques, le corps devient équilibré et en bonne santé, les muscles de jambes sont fortifiés et les désordres des poumons sont guéris.

Les variantes de bases peuvent être maintenues jusqu’à vingt minutes. A noter que Supta Virasana peut se pratiquer après un repas, pour aider à la digestion, dans ce cas, les bras sont allongés le long du corps, variante 1.

La concentration se fait sur anâhata chakra.