PARIGHÂSANA

PARIGHÂSANA

Pari-gha : barre de fer servant à fermer une porte, verrou, obstacle, empêchement, massue de bois renforcée de fer, rangée de nuage devant le soleil au lever ou au coucher.

Parighâsana permet une action sur le chakra du nombril (Manipûra chakra).

Dans la posture, le corps ressemble à une barre pour fermer ou verrouiller.

Selon Sri Mahesh dans la revue « Yoga et Vie n° 55 (mars 1988) : « En dressant une barrière face aux émotions incontrôlées, Parighâsana procure une unité dans la diversité, pour que le mental soit calme et puisse vivre l’espace d’un instant, sa nature réelle, entrevoyant l’au-delà infini, où les mots ne peuvent plus exercer leurs puissance. Cela est dévoilé à celui qui pratique Parighâsana ».

« En franchissant les barrières de l’incompréhension (avidyâ), l’étudiant peut percevoir la réalité et se plonger dans l’amour et la liberté infini…, libre comme un fou libéré de toute contrainte, bienfaisant comme le vent qui nous apporte la fraîcheur ».

Bienfaits : Permet le renforcement et l’assouplissement des côtes et du bassin – renforce la sangle abdominale – aide à résoudre les problèmes de scoliose, lordose. Assouplit l’articulation des épaules – utile en cas de problème de mauvaise digestion – les abdominaux sont régénérés.

La concentration, selon la variante pratiquée, se fait entre les sourcils (âjnâ chakra) ou sur le bout des doigts.